Vacciner contre la cocaïne…

…grâce à un jeu video de course de motos mis au point par un médecin Espagnol. Le jeu permettrait de faire ressentir virtuellement la dépendance à la cocaïne et tous ses effets négatifs.

J’ai testé le jeu. Le design n’est pas excellent mais ce n’est pas le but du créateur. Au début, on choisit si on veut jouer avec ou sans drogue. Disons qu’on choisit « avec ». Le personnage prend sa dose et se retrouve sur une moto. Il démarre en rugissant et en wheeling. En vignette sur l’écran de jeu, on voit le profil du personnage bien rempli de sa dose de cocaïne et la tête se vide petit à petit. Quand elle est vide, le personnage s’arrete et dit « j’en ai encore besoin », donc on clique pour lui donner sa dose. Au fur et à mesure du jeu, la tete de vide de plus en plus vite jusqu’à ce qu’il ait un mal de chien à remonter sur sa moto…

Je suis un peu sceptique sur l’effet attendu qui est de rendre moins accroc à la cocaïne mais si ce jeu fonctionne même juste sur une seule personne alors il n’est pas inutile.

France: 4 enfants "s’amusent" et dégradent 175 voitures

(Belga) La police de Rouen a interpellé quatre enfants et adolescents qui, « pour s’amuser », ont dégradé 175 voitures neuves dans un entrepôt, au cours de 5 heures d’autos tamponneuses. Les dégâts ont été estimés à un million d’euros.

Les faits ont eu lieu le 14 mai, mais les enfants n’ont été interpellés que mercredi. Les voitures de marques diverses, toutes déjà vendues, étaient garées dans l’entrepôt avec de l’essence et leurs clés de contact. Les enfants ont fait du stock-car au point de se blesser, du sang ayant été retrouvé sur place. Ils ont aussi lancé des pierres dans les vitres. C’était « une vision d’apocalypse », selon les enquêteurs. Huit jours après, six enfants sont revenus dans l’entrepôt, alors surveillé par des policiers qui les ont interpellés en flagrant délit. Les responsables des dégrations du 14 mai sont âgés de 9 à 16 ans, avec une majorité de 12-13 ans, et vivent dans un immeuble situé à 300 mètres de l’entrepôt, accueillant provisoirement des familles en situation précaire. Ils ont dit aux policiers qu’ils voulaient simplement « s’amuser comme à la fête foraine ». (GFR)