Archives - mai 2010

Tarte à la rhubarbe façon crumble [trop bon]

En perpétuelle recherche de LA recette de la tarte à la rhubarbe, j’avais déjà fait quelques essais, moyennement concluants, mélangeant la pauvre rhubarbe à des fraises, de l’oeuf, du moitié-clafoutis-moitié-crème, à grand renfort de sucre, cassonade, épices, et puis et puis et puis bof finalement.

Et puis je me suis dit, ma vieille, tu veux une tarte à la rhubarbe. Fais une tarte à la rhubarbe. Pas à la rhubarbe + machin-truc-bidule. De la rhubarbe, de la rhubarbe, de la rhubarbe, bordel!

Bref, cette recette-ci est anti-prise de tête: De la pâte, de la rhubarbe et du crumble pour adoucir quand même un peu parce que la rhubarbe de mon jardin, elle douille!

Et pas de pré-cuisson, parce que zut hein. On est en mode flemmard oui ou non???

La recette a été testée et approuvée et franchement…… Franchement, elle est indécente. Miam.

Maestro, les ingrédients, s’il vous plait:

  • 600 gr de rhubarbe bien fraîche
  • du sucre semoule extra fin
  • de la pâte brisée ou feuilletée, selon les gouts. Pas de pâte sablée, parce qu’il faut la pré-cuire à blanc
  • 100 gr de farine
  • 70 gr de beurre
  • 70 gr de cassonade blonde.

Peler la rhubarbe, la couper en petits tronçons d’1cm, les enduire de sucre semoule et laisser égoutter pendant une petite heure. Dans une passoire, très important. Elle va perdre beaucoup d’eau, ça évite qu’elle perde l’eau pendant la cuisson et que le fond de tarte soit trop mou une fois cuit.

Déposer la pâte dans le moule à tarte, la piquer avec une fourchette sans la transpercer.

Préchauffer le four à 180°

Préparer le crumble: couper le beurre en petits morceaux (pas de beurre fondu!), écraser le beurre entre les doigts en le mélangeant en même temps à la farine et à la cassonade. La pâte à crumble est parfaite quand elle s’amalgame quand on la serre dans la main, puis s’effrite.

Déposer la rhubarbe dans le fond de tarte, saupoudrer de crumble, et hop 30 à 35 minutes au four.

Tout ça pour me faire pardonner de moins bloguer…..

Bon appétit, au fait!

commentaires

Fujifilm Instax Wide

Et oui on est toujours dans notre trip photographie disons… alternative. Cette fois, il s’agit de l’Instax Wide. Je ne connaissais pas du tout du tout ce type d’appareil. En gros, ça reprend le principe instantané du Polaroid, mais version Fujifilm, qui avait obtenu un droit d’utilisation dans les années 80.

J’ai trouvé un Instax 100 en parfait état sur eBay pour la modique de 2 euros :D Vu les dimensions XXL de l’engin, je comprends un peu son ancienne propriétaire qui voulait s’en débarrasser. Impossible de passer inaperçu et encore moins le mettre dans sa poche. Je pense que ce modèle date de 1998. Il y a eu des mises à jour depuis, essentiellement cosmétiques : l’Instax 200 et l’Instax 210 qui est le modèle vendu actuellement. Pas de réglages compliqués, juste un sélecteur de mise au point et un autre avec lighten/darken.

Les films se trouvent facilement sur eBay, à moins de 10 euros pour 10 photos, livraison comprise. C’est vraiment courant, il y a en même à la Fnac. Les photos ont un format de 6 x 10 cm. L’appareil utilise 4 piles AA, donc pas besoin de piles dans le film.

Par rapport au Polaroid, le rendu des couleurs est plus réaliste et donc aussi moins vintage. On a même été assez surpris par la qualité ! Ca reste toujours aussi rigolo de voit sortir cette photo qui se développe en quelques minutes. Elliott adore !

Fujifilm commercialise également l’Instax Mini. Comme son nom l’indique, le format est plus petit : 6 x 4 cm. C’est une gamme d’appareil plus récente que le Wide, les appareils en occasion sont du coup très rares et il faut compter 90 € pour un modèle neuf. C’est aussi le format utilisé par le dos instantané du Diana et le tout nouveau… Polaroid 300.

commentaires

Monster Hunter Tri

Après plusieurs versions sorties sur les consoles Sony, la série Monster Hunter débarque sur Wii avec Monster Hunter Tri. Il s’agit hack & slash dans un univers heroic-fantasy peuplé de dinosaures. Rien que ça ! Vu l’énorme succès rencontré au Japon, Capcom a décidé de le sortir également dans nos contrées.

Monster Hunter Tri s’en sort très bien sur le plan graphique. Les différents environnements sont assez détaillés. Il fait sans aucun doute partie des plus beaux jeux de la console. Évidemment ça reste un jeu Wii.

On y incarne un chasseur de dinosaure. Après avoir créé son personnage, on débarque à Moga, un paisible village de pêcheurs… qui ne le restera pas très longtemps. Deux choix sont offerts au joueur : rester dans village, ce qui correspond au mode solo ou partir en ville, pour essayer le mode multijoueur. Plusieurs types de quêtes sont présents. La collecte consiste à rapporter des boyaux de monstres. Tandis que la capture vous oblige à paralyser un monstre pour le ramener vivant.

Le mode multijoueur comporte différentes guildes auxquelles vous pouvez adhérez pour partir à la chasse avec d’autres joueurs. On peut communiquer avec ces derniers grâce au Wii Speak (la qualité du son n’est pas terrible) ou un clavier virtuel qui n’est hélas pas compatible avec la wiimote. Pas très pratique tout ça. Comme il est impossible de spécifier sa langue lors du choix d’une partie, vous risquer de vous retrouver dans votre équipe des joueurs allemands ou italiens, pas toujours évident de se comprendre. On peut donc dire qu’au niveau multi, le jeu apparait un peu dépassé et ne tient pas vraiment la route face aux standards actuels.

Monster Hunter Tri est loin d’être un jeu à l’accès facile. Ne pensez-pas être d’emblée un grand chasseur. On est loin des jeux casual dont on a l’habitude sur Wii. Le niveau de difficulté étant très élevé, il vous faudra être persévérant avoir d’avoir un bon niveau de jeu. Dans la chasse aux monstres, il vous faudra faire preuve de calme et de tactique. Mais l’intelligence artificielle est parfois assez perfectible. Vous frappez un dinosaure, et celui-ci continue de brouter paisiblement de l’herbe. Ca se voit surtout avec les petits dinosaures et moins sur les gros boss.

En résumé, voilà un jeu qui sort de la ludothèque à laquelle nous a habitué la Wii. De bons graphismes et des heures de jeux en perspectives. Par contre un niveau de difficulté et un mode multijoueur oldschool qui pourraient en rebuter plus d’un.

commentaires