Si on frappe à ta porte, ouvre.

Je viens de voir une redif de “Hep taxi” sur la2. C’était avec Amélie Nothomb. Depuis 1992, depuis qu’elle a sorti sa plus grande oeuvre, l’Hygiène de l’assassin, je suis au rendez-vous à chaque rentrée littéraire, en septembre, quand sort son nouveau bouquin. Je les ai tous lu avec la même délectation, le même plaisir d’un bout à l’autre. Des orgasmes littéraires quand on sent qu’elle aussi, prend son pied à écrire, à formuler de telle ou telle façon sa phrase. Et en même temps, sa plume semble avoir traversé le papier de part en part sans que sa main ne puisse s’arrêter, on sent un trop-plein d’idées, d’envies, de mots. Et on se réjouit pour elle, on sent qu’elle aime le livre, on a l’impression qu’en tenant les pages du bout des doigts, on lui tient la main. A chaque fois que je termine un de ses bouquins, je me dis “Mais quel génie! Vivement dans un an”.
Ses bouquins témoignent de son rapport à la beauté, ou plutôt à la laideur, si tant est que ces mots soient différents dans son vocabulaire bien à elle. Ils montrent aussi sa relation avec la nourriture (Amélie a été anorexique) ainsi que sa relation avec les bouquin, l’alcool, le chocolat, les fréquents déménagements de ses parents (son père est diplomate), les pays et les gens de son coeur, les carpes (no comment, lisez la métaphysique des tubes!)
J’ai appris à connaître sa vie dans ses bouquins biographiques. En 1992, j’avais 12 ans, j’étais loin de m’imaginer qu’une femme que j’admirais avait vécu son adolescence comme je commençais et allais vivre la mienne (le côté mystique en moins… quoique…). Il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que ses livres non biographiques avaient quand même en eux une grosse part d’elle. L’hygiène de l’assassin démontre cette haine de l’adolescence quand un garçon tue la fille qu’il aime parce qu’elle grandit, parce qu’elle va être réglée, parce qu’elle va avoir des boutons (qui sait?!), parce que sa voix va changer, parce qu’elle n’aura plus ce corps parfait, et parce qu’il veut lui éviter toutes ces souffrances.
Amélie Nothomb a une voix aiguë, une voix qui chante, avec des intonations et des silences qui veulent tout dire. J’entends sa voix quand je la lis. Son visage a l’expression de ses bouquins: la stupeur. Elle semble toujours étonnée du monde dans lequel elle vit, des gens qu’elle rencontre. Il ne faut pas lire ses bouquins, il faut les goûter, les manger, les dévorer, les digérer. Et recommencer pour tenter de vraiment la comprendre, mais en sachant très bien qu’elle est trop complexe pour ça. La biographie de la faim marque la fin de sa biographie.

Dans la suite, la bibliographie complète d’Amélie Nothomb.

PS. Devinez pourquoi j’ai choisi ce titre. (hahahahahahahaha)

  • Hygiène de l’assassin 1992


Pretextat Tach, quatre-vingt trois ans, auteur de vingt deux romans et prix Nobel de la Littérature n’a plus que deux mois à vivre. Vieil acariâtre, obèse, misogyne et misanthrope, il est sollicité par une foule de journalistes venus du monde entier pour l’interviewer. Chacun souhaite obtenir un entretien exclusif avec cet homme qui, atteint du redoutable syndrome d’Elzenveiverplatz, va bientôt mourir du cancer des cartilages ; une maladie très rare dont seuls une dizaine de bagnards incarcérés pour violences sexuelles suivies d’homicides, auraient été atteints. Seuls cinq journalistes seront sélectionnés pour interviewer l’irascible Pretextat. Les quatre premiers journalistes, qui n’ont pas lu une ligne du vieil homme seront congédiés sans ménagement. Tach fait preuve vis à vis d’eux d’un profond cynisme et d’une redoutable méchanceté. Il congédie le premier après l’avoir traité de crétin. Il fait vomir le second en lui détaillant ses orgies alimentaires. Le quatrième il le chasse d’un : « Et puis je vous regarde et vous me répugnez tellement que je me félicite de ne pas vous avoir imités, même si cela m’a condamné à la solitude. La solitude est un bienfait si elle m’éloigne de votre fange. Ma vie est moche, mais je la préfère à la vôtre. Partez monsieur… » La cinquième, Nina, aura raison de lui et de son secret. Elle a lu tous les livres de l’ignoble Pretextat, dont l’un inachevé qui a pour titre : Hygiène de l’assassin… Patiemment, elle viendra à bout de sa mauvaise foi et de son imposture, non sans être parvenue à lui arracher son secret après une série de répliques aussi cinglantes qu’éblouissantes d’intelligence.
Commander L’hygiène de l’assassin sur Amazon

  • Le sabotage amoureux 1993


“Aucun journal, aucune agence de presse, aucune historiographie n’a jamais mentionné la guerre mondiale du ghetto de San Li Tun, qui dura de 1972 à 1975. C’est à la faveur de cette barbarie que j’ai compris une vérité immense : grâce à l’ennemi, ce sinistre accident qu’est la vie devient une épopée. La mienne serait grandiose : les généraux de l’armée des Alliés m’avaient nommée éclaireur. Sans l’arrivée d’Elena, je serais restée invulnérable jusqu’au bout. Je l’ai aimée dès la première seconde. Elle fut ma belle Hélène, ma guerre de Troie, mon sabotage amoureux. J’ai tout vécu pendant ces trois années : l’héroïsme, la gloire, la traîtrise, l’amour, l’indifférence, la souffrance, l’humiliation. C’était en Chine, j’avais 7 ans.” Un conte de sorcières comme il y a des contes de fées. Verve, grossièreté, provocation, drôlerie, mots tranchants et formules paradoxales : Amélie Nothomb écrit au couteau. Avec une pureté rageuse et une innocence perverse. Une extraordinaire giclée de vitriol dans nos trop sages jardins à la française.
Commander Le sabotage amoureux sur Amazon

  • Les combustibles 1994


Si vous ne deviez garder qu’un livre, lequel choisiriez-vous? Il ne s’agit pas cette fois d’en emmener un seul sur une île déserte mais de sacrifier une bibliothèque… Pour se chauffer! Encore un thème éternel revisité avec panache et inventivité par Amélie Nothomb, dont on ne se lasse décidément pas.
Commander Les combustibles sur Amazon

  • Les catilinaires 1995


La solitude à deux, tel était le rêve d’Emile et de Juliette. Une maison au fond des bois pour y finir leurs jours, l’un près de l’autre. Etrangement, cette parfaite thébaïde comportait un voisin. Un nommé Palamède Bernardin, qui d’abord est venu se présenter, puis a pris l’habitude de s’incruster chez eux chaque après-midi, de quatre à six heures. Sans dire un mot, ou presque. Et cette présence absurde va peu à peu devenir plus dérangeante pour le couple que toutes les foules du monde… C’est une comédie très noire, d’une lucidité tour à tour drôle et dévastatrice, que nous offre ici la romancière d’Hygiène de l’assassin. L’écriture est calme, comme les ongles avant de griffer… C’est la même main qui caresse et qui gifle, et ce sont les mêmes visages qui sont pantins et ennemis, poupées et monstres tout ensemble.
Commander Les catilinaires sur Amazon

  • Péplum 1996


L’ensevelissement de Pompéi sous les cendres du Vésuve, en 79 après Jésus-Christ, a été le plus beau cadeau qui ait été offert aux archéologues. A votre avis, qui a fait le coup? Pour avoir deviné un des plus grands secrets du futur, la jeune romancière A.N. est enlevée pendant un bref séjour à l’hôpital, et se réveille au XXVIe siècle, face à un savant du nom de Celsius. Entre ces deux personnages que tout oppose – elle, furieuse contre ce rapt, lui contre cette fille qui en sait trop – s’instaure une conversation où il sera question de la grande guerre du passé – mais aussi d’art, de philosophie, de morale. Pour les amateurs de dialogues tranchants.
Commander Peplum sur Amazon

  • Attentat 1997


” La première fois que je me vis dans un miroir, je ris : je ne croyais pas que c’était moi. A présent, quand je regarde mon reflet, je ris : je sais que c’est moi. Et tant de hideur a quelque chose de drôle.” Epiphane Otos serait-il condamné par sa laideur à vivre exclu de la société des hommes et interdit d’amour? Devenu la star – paradoxale – d’une agence de top models, Epiphane sera tour à tour martyr et bourreau, ambassadeur de la monstruosité internationale… et amoureux de la divine Ethel, une jeune comédienne émue par sa hideur. Sur un thème éternel, Amélie Nothomb nous offre un conte cruel et drôle, à la fois distancié et tendre.
Commander Attentat sur Amazon

  • Mercure 1998


Sur une île au large de Cherbourg, un vieil homme et une jeune fille vivent isolés, entourés de serviteurs et de gardes du corps, à l’abri de tout reflet ; en aucun cas Hazel ne doit voir son propre visage. Engagée pour soigner la jeune fille, Françoise, une infirmière, va découvrir les étranges mystères qui unissent ces deux personnages. Elle saura pourquoi Hazel se résigne, nuit après nuit, aux caresses du vieillard. Elle comprendra au prix de quelle implacable machination ce dernier assouvit un amour fou, paroxystique… Au coeur de ce huis clos inquiétant, la romancière retrouve ses thèmes de prédilection : l’amour absolu et ses illusions, la passion indissociable de la perversité.
Commander Mercure sur Amazon

  • Stupeur et tremblements 1999


Le harcèlement moral dans une entreprise japonaise. Descente aux enfers, analyse impitoyable de la mentalité japonaise, des ses codes et de son sens de l’honneur, de la condition de la femme, des relations maître-esclave, plongée dans le monde du travail…
Commander Stupeur et tremblements sur Amazon

  • Métaphysique des tubes 2000


Jusqu’à deux ans et demi, Amélie se décrit comme un tube digestif, inerte et végétatif. Puis vient l’événement fondateur qui la fait chuter dans l’univers enfantin. Durant six mois s’ensuit la découverte du langage, des parents, des frères et soeurs, des nourrices japonaises, du jardin paradisiaque, des passions (le Japon et l’eau), des dégoûts (les carpes), des saisons, du temps. Tout ce qui, à partir de trois ans, constitue la personne humaine à jamais. Car à cet âge-là, tout est joué, le bonheur comme la tragédie… Tel est le message que nous envoie ce bébé à l’oeil noir observant fixement le monde avec acuité. Une acuité doublée d’un sens de l’ironie à la fois amusée et désespérée qui fait la singularité d’Amélie Nothomb.
Commander Métaphysique des tubes sur Amazon

  • Cosmétique de l’ennemi 2001


« Sans le vouloir, j’avais commis le crime parfait : personne ne m’avait vu venir, à part la victime. La preuve, c’est que je suis toujours en liberté. » C’est dans le hall d’un aéroport que tout a commencé. Il savait que ce serait lui. La victime parfaite. Le coupable désigné d’avance. Il lui a suffi de parler. Et d’attendre que le piège se referme. C’est dans le hall d’un aéroport que tout s’est terminé. De toutes façons, le hasard n’existe pas.
Commander Cosmétique de l’ennemi sur Amazon

  • Robert des noms propres 2002


Le destin exceptionnel d’une petite fille prénommée Plectrude née sous les auspices les plus dramatiques et au parcours semé d’obstacles. Plectrude est orpheline de père et de mère (la mère ayant tué le père puis s’étant suicidée), recueillie par sa tante qui l’élève dans la vénération la plus absolue. Il faut dire que Plectrude a tous les dons (beauté, charisme, singularité, talent inouï de danseuse) même si à l’école elle passe d’abord pour une simplette avant qu’on s’écrie au génie. Retirée de l’école par sa mère adoptive elle intègre l’école de danse où les élèves vivent le martyre : discipline de fer, régime sec qui les maintient maigres, anorexiques, dévitaminées. Elle sortira de cet enfer brisée, pour se voir rejetée par sa mère qui lui révèle alors le secret de sa naissance. Dès lors Plectrude, sûre de son destin funeste, tel Oedipe, rêve de l’accomplir sans attendre. Le portrait d’une enfant atypique et solitaire, surdouée et incomprise qui traverse les épreuves avec la grâce d’une princesse de conte de fées et l’obstination, la certitude et la douleur d’une adolescente d’aujourd’hui. Un roman où l’humour et la gravité jouent à parts égales pour décrire les drames et l’absurdité de tout apprentissage quand ils s’abattent sur un enfant hors normes. Une restitution inspirée du monde de l’enfance, (surtout de la fillette entre 10 et 12 ans, entre enfance et adolescence), qui ne veut pas grandir mais sait ce pour quoi elle est faite.
Commander Robert des noms propres sur Amazon

  • Antéchrista 2003


Blanche rencontre Christa à l’université de Bruxelles. Elles ont toutes les deux 16 ans, c’est leur seul point commun. Autant Blanche est une adolescente solitaire, qui manque de confiance en elle, autant Christa est sûre d’elle et séductrice. Leur rencontre aurait pu déboucher sur ces amitiés profondes du sortir de l’enfance mais en réalité la vie de Blanche devient un enfer. Très vite elle s’aperçoit que celle dont elle avait rêvé être l’amie ne cherche qu’à l’humilier et à la manipuler. De la déception à la haine, de l’admiration au mépris, elle oscille, souffre en silence puis décide enfin d’agir et d’affronter sa tortionnaire… Comme dans Stupeur et tremblements, le chemin de croix d’une jeune fille solitaire et introvertie, sa fascination pour une autre jeune fille, tour à tour divinisée et diabolisée, autant d’épreuves où l’adolescente qui en est victime s’abîme face au mensonge et à la manipulation qu’exerce sur elle l’oppresseur, Antéchrista. Une exploration fine et sensible de l’univers adolescent, de son extrême solitude, de son désarroi, de sa souffrance et de ses attentes, beaucoup d’adolescents s’y reconnaîtront…
Commander Antéchrista sur Amazon

  • Biographie de la faim 2004


“La faim, c’est moi”. Amélie Nothomb, fille d’un diplomate, raconte sa découverte de différents pays au cours de son enfance et adolescence. L’anorexie, la fantaisie et la passion des livres marquent les étapes de son parcours.
Commander Biographie de la faim sur Amazon

Filmographie:
Stupeur et tremblements, d’Alain Corneau, avec Sylvie Testud…

Au théâtre:
Cosmétique de l’ennemi: mis en scène par Philippe Jeusette et Alexandre Trocki sous le regard de Janine Godinas
Le sabotage amoureux, mis en scène par Annabelle Millot
Les combustibles

Il vous prend l’envie irrésistible de lire ces bouquins? Vite sur Amazon ou sur Proxis

Une interview
Une critique méchante, des bouquins et du style d’Amélie Nothomb. Manifestement, ce type n’y connait rien en littérature, il devrait passer son temps à lire les livres de cuisine! Mais tous les goûts sont dans la nature. Faudrait lancer un débat sur ce qui permet aux critiques de nous dire quoi penser.

commentaires

5 commentaires


  1. 1. Le 3 mars 2005 à 17:51  par Tangavae

    :-) J’ai adoré hygienne de l’assassin, vraiment bien aimé stupeur et tremblement, et curieusement je n’ai rien lu d’autre…ben tiens, j’ai rien à lire en plus!

  2. 2. Le 4 mars 2005 à 8:28  par soph

    je vois le style que tu aimes. Métaphysique des tubes devrait te plaire. Aussi cinglant, aussi cynique… un délice :-) Bonne lecture :-)

  3. 3. Le 4 mars 2005 à 11:23  par Philippe U

    Amélie Nothomb mange de la pourriture (des bonnes pommes pourries) et ensuite, elle écrit des livres.

  4. 4. Le 4 mars 2005 à 11:53  par soph

    C’est certain que si tu aimes uniquement la poésie (cfr j’ai vu ton blog), elle ne peut pas te plaire. Quoique…. Vu sa personnalité, j’ai du mal à faire la différence entre une bonne et une mauvaise critique de ses écrit. Elle est là pour choquer les esprits. Que ce soit en bien ou en mal, je pense qu’elle s’en fiche, l’important pour elle est de créer une réflexion, l’important est de ne pas susciter l’indifférence. Tu fais donc partie des gens qui sont touchés par elle. Quels livres as tu lu?

  5. 5. Le 11 février 2007 à 1:18  par Maeva

    J’effectue un mémoire sur l’anorexie mentale et j’ai besoin de savoir dans laquelle de ses oeuvres, Amélie Nothomb Parle de son anorexie. Pouvez-vous m’aidez? Mon mail est le:

    maevajos@yahoo.fr

Ajouter un commentaire