Cosmétique de l’ennemi

Par leur structure même, les romans d’Amélie Nothomb sont un appel au théâtre, puisque les situations d’affrontement y règnent en maître et que le dialogue, aux allures de joute, y propulsent l’action. Après Hygiène de l’assassin et Le sabotage amoureux, c’est au tour de Cosmétique de l’ennemi d’être porté à la scène pour une série de représentations.
Ced et moi avons été voir la pièce jeudi dernier. On a aimé.

Pour résumer, l’histoire se passe dans un aéroport. Un avion est retardé d’une durée indéterminée. Les voyageurs attendent. Parmi eux, Jerôme Angust. Malheureusement pour lui, Textor Texel se trouve également dans l’aéroport et compte bien lui pourrir la vie, du moins jusqu’à ce que l’avion arrive. L’avion n’arrivera jamais. On assiste à la conversation de l’importun et de l’homme pressé.

J’ai lu le bouquin plusieurs fois, depuis qu’il est paru, et cela, sans savoir que la pièce serait jouée. Je précise que j’adore Amélie Nothomb, j’adore ce qu’elle fait, j’adore ses mots, son ironie, son autodérision. J’adore sa vie, ses soucis d’enfants, sa gêne d’adolescente, son rapport à la nourriture, à la beauté, ses démons intérieurs.
Malgré que la Cosmétique de l’ennemi ne fait pas réellement partie de son autobiographie, ses mots, ou plutot sa jouissance à utiliser ces mots-là, montre que c’est bien d’elle qu’elle parle. Celui qui a lu et apprécié ses romans, doit le ressentir.

La pièce est le livre. Mot par mot. Je pense que ce respect était particulièrement important car Amélie Nothomb sait choisir ses mots, elle ne les prend pas au hasard, chacun est pesé, senti et ressenti et c’est au lecteur (et au spectateur, dans ce cas) de les apprécier à leur juste valeur.
Les acteurs ont un jeu très complice, on sent qu’ils vivent leur personnage. Ayant lu le livre plusieurs fois, je m’imaginais leur physique. On est parfois choqué quand on passe du roman au théâtre, car ils ne ressemblent en rien à ce que l’on s’imaginait. Là, pas du tout. L’un est grand est plutôt pas mal, l’autre est en chaise roulante, envahissant, transpirant, parlant fort. Ils collent tous les deux à leur personnage. Sans m’y connaître beaucoup en théâtre, je pense que leur plus grosse difficulté a été de mener la conversation pendant 1h30, et par leur jeu, ne pas lasser les spectateurs. Je trouve qu’ils y parviennent à la perfection. Je conseillerais à tout le monde d’aller voir la pièce car on ne s’y ennuie pas, on rit, on est choqué et on en repart en se disant “beh ça alors!”…

Adaptation des romans d’Amélie Nothomb au théâtre

  • Métaphysique des tubes (également en film)
  • Hygiène de l’assassin (également en film)
  • Le Sabotage amoureux
  • Cosmétique de l’ennemi

Pièce écrite par Amélie Nothomb

  • Les Combustibles

Cosmétique de l’ennemi a été jouée au théâtre de l’Ancre, à Charleroi, tous les soirs du 10 au 26 mars. Deux dates ont été ajoutées afin de répondre à l’énorme demande des clients : le 1er et le 2 avril à 20h30
La pièce sera également jouée au théâtre Le Public, à Bruxelles, du 14 au 16 avril, du 19 au 23 avril, du 26 au 30 avril, du 3 au 7 mai, du 10 au 14 mai, et les 17 et 18 mai à 20h30.

Lisez les résumés et commandez les romans d’Amélie Nothomb sur Amazon

commentaires

9 commentaires


  1. 1. Le 29 mars 2005 à 19:36  par diane

    Ca fait très envie :)
    Mais je doute que cette pièce arrive à Grenoble. Je vais donc me rabattre sur les romans. J’ai découvert Amélie Nothomb que très récemment, à travers la métaphysique des tubes, et j’ai été charmée par sa facon d’écrire. Je trouve aussi que chaque mot est pesé et ne pourrait être remplacer par un autre.
    Quel roman d’amélie me conseilles tu pour ma prochaine lecture ?

  2. 2. Le 29 mars 2005 à 20:23  par soph

    Hygiène de l’assassin, sans hésiter ;-) Et juste après, Cosmétique de l’ennemi, ou Mercure. A moins que Péplum ?? Dans ces bouquins là, il y a une "révélation-retournement-de-situation" juste avant la fin et on se dit "purée quel génie!"

    Y a un billet qui reprend tous ses bouquins avec les résumés:
    64k.be/index.php/2005/03/…

    Mon préféré c’est Hygiène de l’assassin, son 1er. Mais on en retrouve beaucoup de signes dans la Cosmétique de l’ennemi, le coté envahissant d’un personnage principal, le côté personnel d’un autre personnage qui représente Amélie Nothomb (sans que le roman soit autobiographique)…

    Suis intarissable quand il s’agit de parler d’elle lol.
    Bonne lecture, amuse toi bien!

  3. 3. Le 12 juillet 2005 à 22:01  par Laurie

    oh, comme je regrette de ne pas avoir pu voir cette pièce. Cosmétique de l’ennemi, c’est le livre que j’ai préféré, la fin est tellement inatendue et bien pensée qu’on envient à envier notre Amélie pour son talent.

  4. 4. Le 13 juillet 2005 à 7:15  par Soph

    ne la loupe pas quand elle repassera. Perso j’aurais aimé voir l’hygiène de l’assassin.

  5. 5. Le 28 novembre 2006 à 0:13  par Bruce

    Je ne connais pas vraiment cette Amélie Nottomb qui d’après vos dires est un écrivain formidablement subtile qui sait jouer avec les mots losque c’est nécéssaire..Vous m’avez donné l’eau à la bouche et grâce à vous je vais m’empresser de faire plus ample connaissance avec ses ouvrages.. ;-)

  6. 6. Le 28 novembre 2006 à 10:01  par Soph

    Ah cool vive la contagion, j’espère que ça te plaira. On aime ou on déteste dès les premières pages, c’est ça qui est cool.

  7. 7. Le 7 mai 2007 à 18:01  par nana

    Amélie Nothomb à le don de vous emmenez directement dans un univers particulier…Si particulier que parfois on se demande si elle n’est pas un peu givrée…détrompez-vous, ce subtil mélange d’histoire fantasque et de littérature brillante n’est pas l’oeuvre d’une folle mais bien d’un écrivain reconnu pour son talent ;)

  8. 8. Le 24 mai 2008 à 15:08  par cate6716

    Amélie Nothomb est mon auteure préférée… Faisant moi-même du théâtre amateur, la première pensée à la lecture de “Cosmétique de l’Ennemi” a été de l’imaginer monté et mis en scène… Après un bon mois et demi passé à réécrire en version théâtre, j’ai découvert que la pièce venait d’être créée à Paris…Je ne pense pas que cette pièce soit jouée par la troupe d’origine à Strasbourg, et c’est bien dommage..
    Pour ceux qui ne connaissent pas Nothomb, il n’y a que deux alternatives ou l’on devient fan ou on déteste…
    Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui ait un avis mitigé…
    Bonne lecture à tous

  9. 9. Le 14 juillet 2008 à 20:16  par Sal_Min

    Je suis tout à fait d’accord. A. Nothomb, on adore ou on déteste. Je fais partie de ceux qui adorent son univers et ses personnages torturés! C’est d’ailleurs A.N. qui m’a donné l’envie et la passion d’écrire… Merci à elle! En ce qui me concerne, “Cosmétique de l’ennemi” est un pur chef-d’oeuvre!!!

Ajouter un commentaire