Le langage chez les déficients sensoriels ou intellectuels.

Bon, chers bloggeurs, je tiens tout d’abord à ouvrir la bouteille de champagne avec vous car ça y est, je vais bosser avec des autistes yiiiiiiihaaaaaaa (tralala, oléééé…) Ca fait 3 ans que j’attends ce job en me disant “Mais non Soph, tu finiras ta vie entourée de petits dyslexiques et de petits dyslaliques” (un peu lassée des rééducations des dyslexiques et des dyslaliques). Pour moi, c’était utopique, de bosser avec des autistes. Et bien non, voila ça y est, j’avais un entretien ce matin et hop, j’ai le boulot. Je les ai vu aujourd’hui, ils sont 12, ils végètent sur leur chaise en bavant, c’est for-mi-da-ble. Ils ne parlent pas, ils connaissent 3 signes pour communiquer : bonjour, merci et encore. Tout est à faire, ça fait un an qu’ils n’ont plus vu une logopède et donc ça fait un an que leur langage n’est pas stimulé, y en a qui régressent. Je vais leur apprendre les signes de la méthode sésame pour qu’ils puissent dire s’ils ont mal, où ils ont mal, ce dont ils ont envie, je vais chanter et danser avec eux autour des tables pour leur apprendre à bouger leurs mains et je vais faire des grimaces avec eux pour qu’ils apprennent à bouger leur bouche, tralalaaaa Oh je suis contente, je suis contente.

Bon, autre chose maintenant.

Beaucoup d’entre vous doivent connaître. J’ai vu ça aujourd’hui et je trouve que c’est génial. La ville de Toulouse propose le site de la Mairie en langue des signes. Le petit mot du Maire, les explications sur les démarches administratives, tout est expliqué en langue des signes. Il n’y a qu’à cliquer sur la petite main et hop une jeune dame apparaît à l’écran et explique comment s’inscrire sur une liste électorale, comment déclarer une naissance, etc.

En nettement moins bien, le site de la ville de Montréal est écrit presque entièrement en écriture phonétique. ça donne ceci : ” Prené le tan de vizité se sit pour avouar dê z’informasion sur la Ville de Montréal .” Ils parlent d’orthographe alternative. Certains vont p-e tomber de leur chaise en lisant ceci, mais je suis tout à fait contre l’orthographe alternative, et pourtant, je ne suis pas particulièrement une protectrice de la langue française (genre mes sms devraient être fournis avec décodeur) mais l’orthographe, c’est important. Les personnes qui n’ont pas accès au langage écrit n’ont pas toujours accès à la phonétique et pour eux, cette méthode est inutile.
Les personnes déficientes mentales qui ont quand même accès au langage écrit ont accès aux connaissances grammaticales et sont capables de retenir quels sont les nombreux mots dans lesquels on trouve des exceptions orthographiques. En plus c’est pas complet, leur truc. Pourquoi utiliser des accents différents pour les sonorités (ê et é) alors que selon eux, les gens visés par cette orthographe ne savent pas différencier des accents (puisqu’à la base, ils ne sont pas censés connaître les règles d’orthographe), pourquoi garder les articles et l’apostrophe alors que ce serait -si on suit leur principe- beaucoup plus simple de lier tous les mots entre eux. Certaines personnes handicapées mentales ne savent pas où s’arrete un mot et où commence le suivant.
Avec une rééducation (voire une éducation) bien construite de la part d’un logopède (=orthophoniste… Bon les français, il serait temps d’apprendre à parler belge, non?), chaque personne possédant l’abstraction nécessaire à l’apprentissage d’un code écrit est capable d’apprendre non seulement les correspondances grapho-phonémiques (faire correspondre un son à une lettre et inversément) mais aussi les codes grammaticaux et les exceptions orthographiques (j’vous le jure, parole de logopède!).
C’est même selon moi d’une importance capitale d’ouvrir le raisonnement mental au code grammatical car la pensée crée le langage, mais il est vrai aussi que le langage crée la pensée (méditez là dessus lol)
A Montréal, ils prennent les déficients mentaux pour des cons, ils feraient bien d’engager plus de logopèdes (mais pas moi hein, moi j’ai des autiiiiiiistes yiiiiihaaaaa)

Merci à Fred pour les tuyaux…

commentaires

9 commentaires


  1. 1. Le 8 avril 2005 à 13:04  par Ced

    Oui mais si cette ortograf altêrnativ n’est peut-être pas la solution idéale, elle a tout de même le mérite de rendre le site plus accessible à une catégorie de personnes qui jusque là étaient exclues. Et un site plus accessible, c’est mieux. C’est juste un mode alternatif d’écriture, comme le braille.

  2. 2. Le 8 avril 2005 à 13:07  par soph

    Gnagnagna
    Ced fait son chieur ? lol
    Non, si c’est accessible comme ça, ça l’est aussi avec une orthographe normale.
    Allez, y a p-e une touuuuute petite minorité de gens qui sont réellement aidés par l’orthographe alternative.
    Mais qu’est ce que c’est moche comme langage !

  3. 3. Le 9 avril 2005 à 16:14  par Blog Alsacréations : XHTML, CSS et Standards web

    Accès Simple

    La Ville de Montréal s’est engagée à souscrire au principe d’accessibilité universelle pour les personnes ayant des déficiences. Le site « Accès simple » a donc été réalisé pour les personnes ayant de graves problèmes de lecture ou de langage.

  4. 4. Le 9 avril 2005 à 16:23  par Raphael

    Je crois que beaucoup ne considèrent que l’illétrisme (cf site de Montréal), qui effectivement *pourrait* (avec de gros moyens) être guéri ou plutôt réduit. Et on pourrait y voir ici une façon d’encourager à ne pas utiliser ces moyens.

    Mais qu’en est-il des autres déficiences et maladies non guérissables ?
    Y voyez-vous un moyen "d’encourager" l’autisme ou la trisomie ? :/

    Personnellement, je ne trouve pas cela scandaleux du tout.
    C’est une version qui s’adresse aux déficients mentaux, étudiée pour un handicap précis.
    Oui c’est un langage moche, non ce n’est pas du SMS.

    Cependant, je ne suis pas personnellement assez expert dans le domaine du handicap mental et ton avis m’intéresse, puisque tu sembles bien connaître le domaine.
    Ne penses-tu pas que des tests et essais avec des sujets concernés ont conduit à cette démarche d’orthographe alternative ?

    J’aimerais bien avoir ton avis, voire une discussion pour jouir de ton expérience (euh, c’est une expression hein :)).

    Si tu le veux et si tu es d’accord, tu peux également en parler dans une discussion qui me semble intéressante :
    forum.alsacreations.com/t…

    Bonne continuation,
    Raphaël

  5. 5. Le 9 avril 2005 à 20:49  par soph

    Je pense que l’OA peut interférer négativement sur les méthodes de communications utilisées avec les autistes et les trisomiques (s’ils sont capables de lire et d’écrire).
    Sinon avec les déficiences plus graves, la rééducation est basée essensiellement sur la communication, et rarement le langage écrit tout simplement parce que beaucoup n’y ont pas du tout accès (même avec une orthographe phonétique).
    Je ne sais pas si la ville de Montréal a créé l’OA pour une déficience ou un niveau particulier, je pense plutôt que les concepteurs se sont dit que de cette façon, ça rendait la langue française plus accessible car relativement débarrassée de ses règles et de ses exceptions.
    Ils ne se sont pas basés sur le fait que des personnes déficientes mentales qui ont la possibilité d’apprendre le langage écrit doivent le faire dans le but bien précis de ne plus être trop marginalisés à différents niveaux de la vie sociale. Hors, s’ils apprennent cet orthographe, il ne seront que + marginalisés.
    Je n’ai pas l’impression que l’OA ait été testée (et approuvée) avant sa parution sur le site. Cela me semble justement très expérimental.
    Rendez-vous sur le forum d’alsacréations! ;-)

  6. 6. Le 13 avril 2005 à 4:52  par Mélanie

    Je suis orthopédagogue et j’ai participé à l’élaboration de ce site. Il a été testé et approuvé. L’ortograf altêrnativ découle de plus de 15 ans de recherche. Si on pouvait leur enseigner l’orthographe conventionnel, on le ferait.
    Sans être méchante, Sophie, tu devrais peut-être reviser tes connaissances sur la déficience intellectuelle. Les personnes ayant des incapacités intellectuelles moyennes à sévères ont une très faible capacité de mémorisation, de transfert et de généralisation. Elles ne peuvent donc pas se souvenir, par exemple, de nos trop nombreuses façons d’écrire le son O (o, au, eau, ault, hau, o’, aux, eaux, etc.) et elles savent encore moins à quel moment il faut utiliser telle ou telle graphie…il en va de même pour le son an et pour plein de règles de notre langue..
    Je te laisse méditer là-dessus. Bonne chance dans ton nouveau travail. Mélanie

  7. 7. Le 13 avril 2005 à 15:33  par soph

    Après avoir parlé de l’orthographe alternative avec un ami éducateur je suis plus hésitante, nous sommes arrivés à la conclusion que cela pourrait être utile pour favoriser l’accès au sens des personnes qui tentent d’apprendre le langage écrit. Et donc les motiver et placer les bases de l’acquisition de l’orthographe conventielle. Je trouve qu’il y a des failles dans l’orthographe alternative, pq garder l’apostrophe, par exemple…
    Je suis d’accord que certains déficients aient des problèmes de mémorisation mais personne ne leur donne de délai pour apprendre le langage écrit. Créer des réseaux de mots ayant les mêmes graphies (comme dans une partie de la méthode Chassagny) me semble un bon moyen d’allier leurs difficultés de mémorisation, leur besoin de stabilité des acquis et l’apprentissage d’une orthographe correcte.
    Bah, je vis en utopie, je suis pour faire tout ce qui est humainement possible pour que les déficients soient le moins marginalisés, y compris dans leur orthographe.
    Petite parenthèse, dans le centre où je viens de commencer, il y a un des résidents qui sait lire et comprendre ce qu’il lit, et écrire avec une orthographe correcte….
    Tout est possible puisque la vie est un miracle…

  8. 8. Le 21 décembre 2005 à 22:10  par Mario

    La norm d’ortograf fonétik standardizé pour tous egzist déja é se propaj à la vitês d’un virus! -> ortograf.net

  9. 9. Le 29 mars 2011 à 22:05  par gaelle

    bonjour!! suoer de tomber sur ton blog
    voilà, je suis actuellement en 1er année en formation de monitrice educ.
    dans le cadre d’un dossier thématique, j’ai eu envie de bosser justement sur de thème
    “apprendre la langues des signes aux personnes déficientes intellectuelles” et sur la formation LDS en elle même pour les professionnel travaillant auprès de ce public.
    aurais- tu des infos?
    Des exemples de situations, de reussite, témoignages, je prend toutes les infos!!
    merci d’anvance et bonne continuation dans le travail que tu effectue.

Ajouter un commentaire