Prise en charge logopédique de l’autisme

Rien de très geek ce soir. Je suis un peu tracassée en ce moment par un des résidents du centre. Ils sont bourrés de médicaments. Que ce soit des calmants pour limiter leurs automutilations et leurs frustrations, des antiépileptiques, des traitements pour les problèmes gastriques ou intestinaux… Les personnes handicapées mentales sont bourrées de troubles associés et donc bourrées de médicaments. Donc ce résident, P, a reçu du Xanax il y a quelques mois. C’est un calmant assez puissant. On lui en a donné sous avis psychiatrique parce qu’il se frappait et se mordait assez fort la main à cause de F qui n’arrete pas de griffer et de crier. Et donc ça stressait P. Suite au Xanax, P qui était déjà particulièrement mou, est devenu carrément légumineux. Il s’endormait en séance, bavait, perdait parfois l’équilibre… le tout en gardant un sourire béat… il planait, notre P, en plein trip. Wééééé

On n’a pas attendu qu’il plane pendant des mois et des mois pour signaler son état au psychiatre. Le centre où je bosse s’occupe de personnes adultes autistes qui ont des capacités d’apprentissage et dès qu’il nous semble que les acquis stagnent un peu trop, on le signale au psychiatre pour adapter le traitement. C’est donc ce qu’on a fait, au bout d’une semaine et demi (passé ce délai, pour du Xanax, on peut considérer qu’il s’est adapté au traitement et donc s’il y a un problème, il faut changer le traitement). Notre P a arrêté de planer et de baver pendant les activités. F a continué de griffer et de crier mais on l’a mis à l’écart du groupe de temps en temps, histoire que P s’en remette.

Plus qu’une stagnation, une régression a été remarquée dans les activités et dans les tâches de la vie quotidienne. P participe au bricolage, au jardinage, à la kiné, à la psychomotricité, il savait s’habiller seul, se laver les dents… et il a régressé. Actuellement, il s’habille systématiquement en mettant son tshirt et son pull à l’envers (coutures à l’extérieur), il ne sait plus se laver les dents seul, il reste bloqué sur un côté, il frotte jusqu’à en saigner, il ne travaille plus du tout sans stimulation et je pense que si on ne lui disait pas de s’asseoir ou de suivre le groupe, il resterait debout au même endroit toute la journée. La plupart des personnes handicapées mentales subissent un vieillissement précoce et évoluent parfois assez tôt (P a 26 ans) vers des démences relatives à la dégénérescence du cerveau. Je me demande si ce n’est pas ce qui est en train de lui arriver.

En logopédie, j’ai beaucoup travaillé le souffle avec lui depuis un an. Sa posture et sa respiration étaient très mauvaises et cela le faisait parler sur un souffle (et ila le souffle court). Essayez de dire une phrase sur un petit souffle, ça limite les possibilités de parole. Du coup, il ne parlait plus. Il n’avait pas besoin de se faire comprendre, on le connait tellement bien, notre P, qu’on anticipe ses besoins. J’ai constaté récemment qu’il n’avait plus un bon vocabulaire. Par exemple, quand je lui montre n’importe quelle image d’animal, il dit que c’est une poule. Pareil pour les fruits, dès que c’est rond, pour lui c’est une cerise. Les thèmes lexicaux qu’il maîtrise encore sont ceux de la salle de bain, du mobilier de la maison, des vêtements et de la nourriture. J’aimerais travailler avec P 3 ou 4 fois par semaine au lieu de 2 fois. Cela me permettrait de continuer à travailler le souffle (sinon il va perdre ce qu’il a acquis) et ajouter un travail verbal et cognitif:

Voici ce que je vais travailler avec lui (au cas où ça intéresse quelqu’un):

Au niveau cognitif et logico-mathématique

  • Correspondances diverses: pareils, contraires, objets-photos, terme à terme (un chapeau sur chaque tête, une fourchette pour chaque assiette…), utilisations(savon-gant de toilette, cuiller-tasse…), sémantiques (chaise-table, arbre-fruit), partielles (puzzles à deux pièces)
  • Catégorisation selon la couleur ou la forme
  • Travail des thèmes sémantiques (retrouver par exemple toutes les images d’animaux, de véhicules, de fruits etc. parmis une sélection)
  • Suites logiques
  • Structuration spatiale (montrer le chemin vers tel ou tel endroit dans le centre, organiser des séries de cubes de couleurs)
  • Organisation séquentielle (pieds nus- chaussures- pieds chaussés, mettre dans l’ordre les images de saynètes)
  • Reconnaissances des propriétés d’une chose ou d’un animal (par exemple lui faire deviner “éléphant” en donnant des indices “ça a de grandes oreilles”, “ça a une trompe” etc.)
  • Travail du graphisme et de la motricité oculo-manuelle.

Au niveau verbal:

  • Répondre par oui ou par non
  • Dénomination d’images
  • Répétitions de phrases
  • Correspondance phrases-images

Au niveau phonatoire

  • Travail de la posture en relation avec le kiné du centre
  • Travail du souffle
  • Gymnastique faciale (car il a une hypotonie faciale)

Les commentaires et les idées supplémentaires pour le travail logico-mathématique sont les bienvenus!

14 commentaires

14 commentaires


  1. 1. Le 17 mai 2006 à 14:50  par Knell

    Les troubles pourraient etre du a une crise de “manque” de xanax ? ( c est une question :))

    Et puisque qu on est avec des geek, tu n as jamaais essayer de voir qu elle pouvait etre les apports en motricite occulo manuelle d un jeu video ? Des etudes assez serieuses parlent d amelioration des reflexes et autres truc du genre ? Sans doute que CSS sera un peu viloent mais un genre Adibou serait peut efficace ?

    Pour avoir une cousine mongolienne je sais que les apports du travail manuel ont ete immense pour elle. ( mais on est pas du tout dans le meme cas de figure je te l accorde )

  2. 2. Le 17 mai 2006 à 18:50  par Soph

    Dans le cas de P, en tout cas, le jeu video ne peut rien lui apporter, il n’accorde pas le moindre intéret à tout ce qui n’est pas son lit ou son assiette. Le jou où on le verra avoir un réflexe… Les troubles ne peuvent pas être dûs à un manque de Xanax, parce que la dose prescrite n’était pas suffisante pour créer un état de dépendance en une semaine et demi. Ses troubles n’ont pas d’origine dans la médication trop ou trop peu dosée. En fait, il y a en plus de tout cela, tout un contexte de déménagement. P vivait dans le centre avec 11 autres autistes depuis 5 ans, c’était une grande maison très familiale. Il se retrouve maintenant dans un ancien lycée de 4 étages et 5 pavillons avec réfectoire à 200 m du batiment principal, avec ces mêmes 11 autistes ainsi qu’une grosse dizaine de psychotiques qui viennent tout droit d’hopitaux psychiatriques français, qui font des tentatives de suicide, des fugues, des crises de violence.. Quand on voit qu’un des problèmes majeurs de l’autisme est de ne pas supporter le changement, je pense que sa régression générale vient en grande partie du déménagement.

  3. 3. Le 20 mai 2006 à 22:55  par Soph

    >> Knell: Le neurofeedback est une technique connue depuis les années 60. Il s’agit de placer des capteurs sur la tête du sujet pour suivre les ondes cérébrales qui correspondent à son état mental. Une fois conscient de son état mental, le sujet peut apprendre à le modifier. Cette méthode est notamment utilisée pour apprendre à se relaxer. Jaime Pineda de l’Université de Californie a utilisé cette technique pour aider des enfants autistes.

    La chercheuse a utilisé un jeu vidéo, couplé à l’électroencéphalogramme. Les enfants pouvaient contrôler une voiture en modifiant leurs ondes cérébrales. La vitesse du véhicule était contrôlée par les ondes mu, qui jouent un rôle dans la compréhension des émotions des autres – chose particulièrement difficile pour les autistes. Après 10 semaines, 5 enfants sur 8 avaient amélioré leur contrôle des ondes mu, ainsi que leurs résultats aux tests d’imitation.

    On ignore encore si cette amélioration est permanente, et quelles sont les limites de ce traitement. Mais il s’agit tout de même d’un bel espoir pour les enfants atteints de cette maladie.

    Source: NewScientist

  4. 4. Le 31 mai 2006 à 9:23  par christelle

    Bonjour,

    Je suis tombée par hasard sur votre blog….. Je suis à la recherche de différents centres autistes pour adultes, en région wallone….. Vous qui êtes du métier, vous est-il possible de me communiquer qques adresses? Je vous en remercie d’avance.

    NB: Voici l’adresse à laquelle vous pouvez me transmettre toutes informations que vous jugerez utiles ===> christelle.gallot@ans-commune.be

  5. 5. Le 19 janvier 2007 à 20:30  par Laetitia

    bonjour,tout d’abord bravo pour votre site! Je l’ai découvert par hasard et il en vaut vraiment le coup!!! Je suis stagiaire dans un centre d’hébergement pour handicapés mentaux adultes. Je m’occupe, essentiellement, d’adultes autistes (profond) et je suis à la recherche de toute activité susceptible d’enrichir leur quotidien. C’est très urgent, il y a plusieurs stagiaires dans ce groupe mais chaque fois que j’ai une idée, c’est l’autre stagiaire qui l’exploite. Evidement, il n’y a pas beaucoup de possibilités car ce sont des autistes en régression. De plus, certains des pensionnaires ont d’autres handicaps dû à leur ancienne automutilation, entre autre: ne voit plus, ne marchent plus, ne parlent plus (avant disait quelque mots). Un seul d’entre eux parle mais juste quelques mots. Une jeune fille est atteinte du syndrome de Rett, et un autre d’autisme associé à une trisomie 21. Voilà, que de cas difficile. Aidez-moi svp, j’attend toute vos suggestions d’activités, en tout genre, avec impatience ,d’avance un grand merci…

  6. 6. Le 19 janvier 2007 à 21:57  par Soph

    Est-il possible d’avoir avec eux des activités qui ont une utilisé pour la vie en communauté? Au centre, la table est mise pendant une activité avec le groupe des plus faibles. Pas évident comme question, surtout que je ne sais pas quelles sont les activités déjà faites avec eux et quel est le but de ces activités? Faut-il travailler la motricité, le cognitif, la communication? Penses-tu pour la communication que la méthode PECS pourrait être mise en pratique? Au niveau cognitif, il est possible de faire des heures et des heures de séance avec un cerceau et un ballon. Travailler la connaissance des couleurs, la mémoire, l’organisation spatiale;…. Je t’ai ajoutée dans ma liste msn, on pourra en parler, parce que là dans les commentaires c’est pas évident. j’ai vu que tu t’étais inscrite dans le forum, on peut en parler là aussi, si tu veux.

  7. 7. Le 29 janvier 2007 à 11:50  par lol

    Salut!! Site très enrichissant, pouvons nous communiquer sur le sujet, je suis étudiante en psychologie, je suis en stage avec des azdultes autistes et je cherche à innover.

  8. 8. Le 31 août 2007 à 8:49  par Wimmer

    Bonjour, je suis orthophoniste dans un IME. La population de l’institut est très variée: autistes, trisomiques, psychotiques, syndrome williams, syndrome POCS, Dysphasie, Dyslexie… .Il y a de quoi faire. Je viens d’apprendre que L’IME allait recevoir une petite fille de 6 ans atteinte du syndrome de Rett. Elle est en fauteuil, sa déglute des solides est OK mais pas pour les liquides. Elle a une bonne capacité d’attention mais une grande fatigabilité. C’est la première fois que je prends en charge cette pathologie, si vous avez des conseils je serais ravie de pouvoir approfondir le sujet.

  9. 9. Le 31 août 2007 à 21:12  par Soph

    Beh en gros, pour passer du solide au liquide dans la rééducation de la déglutition, il faut d’abord faire prendre conscience du passage avec un miroir, en nommant les endroit, en les touchant avec un batonnet si elle veut bien, puis un petit coup de relaxation et de respiration debout, puis assise puis couchée, puis tu l’habitues à la déglutition de choses crémeuses, de crêmes glacées, etc.. un peu de gymnastique faciale et de tonification de la gorge et l’affaire est dans le sac ;-) bon amusement! Tiens moi au courant!

  10. 10. Le 6 septembre 2007 à 16:15  par julie

    Bonjour, je cherche des adresses de maisons pour autistes. J’aimerais bien effectuer mes stages dans une de ses maisons mais je ne trouve aucunes adresses. POurriez-vous me renseigner? Merci d’avance

  11. 11. Le 4 décembre 2008 à 16:13  par Garnier

    Bonjour,
    Mon fils de 4 ans a le syndrome de William à un degré léger. J’aimerais trouver un livre ou une brochure où il y a des exercices pratiques pour l’aider.
    Merci
    Pick Garnier

  12. 12. Le 5 décembre 2008 à 9:21  par Soph

    http://www.syndromedewilliams.be/ association belge pour le sundrome de william. Vous y trouverez tout. Bonne continuation.

  13. 13. Le 7 septembre 2010 à 14:59  par Florence

    Salut!
    Je trouve ton blog super intéressant d’autant plus que dès le mois d’octobre je vais travailler comme orthophoniste (logopède en Belgique!!!) avec des adultes et dse enfants autistes?J’ai ndéjà quelques idées de rééducation mais tu sembles en avoir plein aussi et ce serait sympa de pouvoir les partager…..
    Je suis à la recherche aussi de test (non verbaux essentiellement) adaptés à cette population.En effet,en Belgique l’INAMI octroie des remboursements mais il me faut un test de base et je n’en trouve pas.En connais-tu?
    D’avance merci pour lmes infos.
    Je suis sur msn :florence.doneux@hotmail.com

    A bientôt!

    Florence

  14. 14. Le 17 octobre 2010 à 20:36  par Marie

    Bonjour,
    je trouves ce site très intéressant. Je suis actuellement étudiante en logopédie et je suis amenée cette année à m’occuper d’adolescent autiste. Je dois vous avouer que je suis un peu dans le flou car très peu de connaissances sur cette pathologie et je ne sais du coup pas du coup comment et quoi travailler avec eux… Si vous pouviez me donner quelques piste, je vous en serais reconnaissante.
    Voici mon adresse : marie.dubecq@laposte.net
    Merci d’avance

    Marie

Ajouter un commentaire