Vincenzo.be, l’actualité du web 2.0

Il y a quelques jours, Laurent Goffin nous parlait d’un article du magazine Business 2.0 consacré aux initiaves web 2.0 en Europe. Pour constater ne se passe rien en Belgique du côté des sites aux logos chatoyant avec reflet. Ils ont dû oublier Scoopeo (un digg-like), mais c’est vrai qu’à part lui, c’est un peu mort dans notre pays de ce côté. Last.fm nous vient d’Angleterre, Netvibes de France, etc.

Justement, Vincenzo Ruggiero, un lecteur belge de 64k, a lancé le mois passé son blog consacré à l’actualité web 2.0. Avec comme ambition de “faire découvrir aux belges les possibilités énormes qu’offre le Web2 et leur faire comprendre qu’il existe encore beaucoup de choses à découvrir et à créer“. Qui sait, il deviendra peut-être le Fred Cavazza belge ^-^

Si vous vous intéressez au sujet, je vous conseille également TechCrunch et Emakina Web 2.0 News.

14 commentaires

14 commentaires


  1. 1. Le 3 août 2006 à 10:57  par vieilfrance

    Ouais je trouve TechCrunch un peu trop axé business pour ma part.

  2. 2. Le 3 août 2006 à 11:30  par PaKaL

    2.0 is Buzz Buzz Buzzz… nothing less nothing more… :-p

  3. 3. Le 3 août 2006 à 12:13  par Vincenzo.be

    Merci 64k.be

    Je voulais simplement remercier Cédric de 64K.be pour le billet qu’il a posté (un peu à ma demande) au sujet de mon blog.

  4. 4. Le 3 août 2006 à 12:16  par Vincenzo

    Meuuuh non, le Web 2.0 c’est bien plus que ça, c’est un changement radical de l’utilisation d’Internet, une implication beaucoup plus grande de la part des visiteurs et la création de communauté ayant réellement un poids et une influence. Voilà ce qu’est le Web 2.0, en partie …

  5. 5. Le 3 août 2006 à 12:54  par damston

    euh… les communautés, ça existait dès le début du web, je ne vois pas ce qui a changé. Le web 2.0, au début, c’était pas plutôt les langages de types ajax, qui permettent une plus grande interactivité avec le site web?

  6. 6. Le 3 août 2006 à 13:01  par PaKaL

    Damston: le 2.0 c’est jamais que du re-sucer de tout ce qui à dejà exister avec plein de buzz et d’effet “eye candy” pour attirer le djeuns et pour se faire racheter par de grand nom…

  7. 7. Le 3 août 2006 à 13:42  par herdo

    Comme je l’ai déjà dit le web 2.0 c’est au niveau des techniques du web pas au design. >PaKaL les effets eye candy et autres logos chatoyants avec reflets? n’est qu’une pure invention des graphistes web qui voient là un moyen de se détacher ENFIN du graphisme papier.

    Le web 2.0 c’est la nouvelle façon de penser le web c’est en grosse partie des techniques qui existaient déjà mais qui étaient peu ou mal utilisées.

    Contrairement à ce que beaucoup pensent le web 2.0 est une Évolution et non pas une RÉvolution.

  8. 8. Le 3 août 2006 à 13:47  par PaKaL

    Bah tu sais moi je suis “web expert” PHP/MySQL et en plein dans le pseudo révolution 2.0/Ajax et franchement je commence a m y ennuyer d’ou mon depart pour un autre metier de l informatique et un retour au source avec l’admin system/réseau/securité dans le milieux bancaire….

    Le 2.0 oui ce sont des evolutions mais c’est surtout le moyen de relancer une économies qui à perdu tout le cachet de son age d’or…

  9. 9. Le 3 août 2006 à 13:53  par Ced

    Peut-être qu’il faudrait définir le web 2.0 en partant du web 1.0. ? Pour le moi le web 1.0 ce sont des sites remplis de tableaux, utilisant très peu les css, avec des frames, avec du javascript spécifique à chaque navigateur, une mauvaise utilisation du flash, très peu orienté sur l’utilisateur et loin de ce que peu apporter une application offline. Le web 2.0, c’est l’inverse de tout ça ^-^

  10. 10. Le 3 août 2006 à 13:59  par Loïc Lebeurre

    Le “Web 2.0.” en Belgique, c’est la meilleure chose que les busés/ruinés/frustrés (biffez la mention inutile) de l’épisode de la “Bulle” ont trouvé pour tenter de trouver une niche de nos jours: un concept bien abstrait mais suffisamment “hype” pour réussir un jour à tirer des tunes d’une boîtes à gogos (médiaconseil en blogging d’entreprise par ex.), voire se faire proclamer gourou.

    Il n’y a pas UNE manière de penser et d’améliorer le web, il y en a des milliers, toutes aussi différentes les unes que les autres. La toile est un univers en perpétuel mutation avec des codes qui varient d’une zone à une autre, le web chinois n’est pas celui que l’on retrouve en Occident par exemple. Alors, formattage des concepts, radotages sur les logos stylisés et autres définition d’utilisation, c’est de la resucée à pleine mirette.

  11. 11. Le 3 août 2006 à 14:31  par Mich

    Ayaaaa c’est moi l’instigateur et le grand cerveau derrière la révolution en devenir des logos chatoyants en Belgique ;-)

    Mettre en carte comme ca les succès du 2.0 c’est purement subjectif je trouve. Pour le même prix, le vatican pourrait figurer dessus, ca n’a pour moi rien a voir avec le know-how qui s’y trouve et ne fait en aucun cas ces pays la mecque du web actuel…

    Je vais pondre un petit caca 2.0 un de ces jours tiens, histoire que tout le monde sait ou est la Gelbique, en faire tout un buzz d’un projet dont je me demande bien ce qu’il est et contiens ;-)

    Et puis, mettre netvibes dans la liste, boooooooooof, ils n’ont rien inventé et ca existe déjà depuis longtemps avec Google !

  12. 12. Le 3 août 2006 à 14:42  par Vincenzo

    Le problème à mon sens vient du fait que l’on essaye justement d’avoir une définition claire et précise du Web 2.0, en réalité, il ne s’agit que d’une série de concepts, de mélange de concepts déjà existants…

    Une autre erreur consiste aussi à vouloir définir le Web 2.0 par la technologie qu’il utilise, c’est une erreur, le Web 2.0 ne se résume pas à l’utilisation de bloc DIV et de CSS pour remplacer les tableaux, de la même manière qu’il ne se résume par aux logos avec effet de transparence. Le Web 2.0 est bien plus général, il recentre l’ensemble de la conception d’un site ou, de manière plus général, d’un service (tant au niveau technique, que fonctionnelle, que marketing ou commercial) sur l’utilisateur.

    Tout doit être mis en œuvre pour l’utilisateur, pour qu’il y retrouve un réel intérêt. Le Web doit être plus qu’un gros bottin, il doit permettre à l’utilisateur d’interagir réellement, d’avoir un pouvoir de décision, un pouvoir critique, d’exprimer et de créer leur Web et pas celui que lui sert le Webmaster.

    D’un point de vue économique beaucoup ont encore les événements de 2000 et de la bulle spéculative en tête, toutefois, mais des crashs boursiers il y en a eu dans d’autres domaines, l’immobilier par exemple, me diriez-vous que l’immobilier est un mauvais placement ?

    Et puis, si vous êtes ici occupé à polémiquer sur ce sujet c’est que vous faites déjà partie du Web 2.0, vous ne venez pas de le découvrir mais avez suivi l’évolution du Web jusqu’à ce stade, reste à voir jusqu’où vous irez …

  13. 13. Le 3 août 2006 à 18:15  par PaKaL

    C’est bien ce qui me semblais, personne ne sais ce qu’est vraiment le 2.0 si ce n’est qu’il a permis l’emergence de pseudo guru qui eux savent, mais ils savent tous différement l’un de l’autre…

    Pour moi, et je ne suis pas le seul, le 2.0 est un grand buzz et restera un grand buzz…

    La plupart de pseudo projet 2.0 ne sont jamais finalisé, on une courbe de vie tres courte, souvent du au fait qu’il y a du buzz autour et qu’un autre sera la pour le remplacer… La plupart des trucs n’apportent rien d’exceptionnel c’est toujours une adaptation ou une compilation d’une autres trucs…

    J’ai fait un tour sur netvibe et j en suis revenu, cocomment mouais, digg pfff, ziki yet another community… En gros j’en reviens toujours a visiter mes bookmark de photoblog ou de blog sans meme intercepter les RSS avec Thunderbird…

    En fait le 2.0 essaie tellement de tout nous donner que finalement on en tire rien…

  14. 14. Le 3 août 2006 à 20:45  par Vincenzo

    Pakal, tu ne peux pas prétendre que le Web 2.0 restera un grand buzz, il n’en est déjà plus à ce stade … il suffit de regarder dans les pays voisins, beaucoup de choses se passent et beaucoup de projets rentables et viables à long terme ont vu le jour. (del.ico.us, flickr, myspace, Google maps, …) Si tu annalyse un peu les services Web2 tu te rendras compte en effet qu’ils sont souvent une adaptation de choses qui existaient déjà, comme Zlio par exemple, qui est une adaptation de Tupperware pour le net.

    Maintenant je ne sais pas pourquoi on cherche à définir le terme en lui même, vous pouvez tous reconnaître un site Web 2.0, pas par son logo (quoique ça en fait partie) mais par ce qu’il apporte aux visiteurs.

    Et en ce qui me concerne, je travail dans le développement d’applications Windows pour les grands comptes de l’immobilier, on est loin du délire des startups, j’aime simplement partager une passion, le Web 2.0, même si c’est un buzz (planétaire) et que ça ne durera pas. Je ne souhaite absolument essayer de prendre une place de gourou du Web2.0 pour les belges, je veux juste en parler… aux belges :-)

Ajouter un commentaire