Accouchement naturel? Physio? Hein?!

J’ai encore le temps pour y penser, oui je sais. Mais c’est maintenant que j’y pense alors tant qu’à faire, on va exorciser tout ça.

Je n’y connais rien en accouchement et ce fabuleux outil qu’est le web m’en a appris des tonnes, mais maintenant je sais tellement de trucs que ça part dans tous les sens et finalement je n’en sais plus rien.

Où est la limite entre la confiance qu’on donne au corps médical “Laissez-moi faire ma p’tite dame, tout est under control, my name is Bond, James Bond” Non je m’éloigne.

Où est la limite entre la confiance qu’on donne au corps médical et l’envie de controler soi-même son propre accouchement? Parce que soyons clair sur un point, et là j’en suis certaine même sans rien connaître en matière d’accouchement, c’est moi qui vais accoucher. Je ne veux pas être spectatrice et dire amen à tout ce qu’on me dira uniquement parce que ce sont des gens “qui s’y connaissent” et “et qui ont déjà accouché plein de femmes”. Justement, on ne m’accouchera pas, c’est moi qui accoucherai.

En bref, je souhaite ne pas avoir de péridurale. Je vous vois déjà faire de grands yeux (et ce n’est qu’un début). Je n’ai pas peur de la souffrance. Maintenant je dis ça mais après 3 contractions, je supplierai peut-être qu’on appelle l’anesthésiste. Mais là, à froid, ça ne m’effraie pas de me dire queje vais avoir horriblement mal, j’ai envie de sentir ce qu’il se passe, j’ai pas envie d’une piqure (aïeuuuuh!), j’ai pas envie d’être reliée à un baxter pendant l’accouchement (et apparemment c’est obligatoire en cas de péridurale). En plus je suppose qu’il serait alors impossible de me déplacer… donc on accouche en position gynécologique, on pousse quand on nous le dit et hop, emballez c’est pesé. Non, on va peut-être dire que je fais ma chieuse mais je sens que j’aurai besoin de bouger, de changer de position, peut-être de m’accroupir ou de m’asseoir pour que le travail se passe mieux, qui sait. J’imagine mal Elliott m’aider à le faire sortir en rampant jusque là…. S’il doit descendre, il me semble que mon bassin serait plus confortable pour lui si je le dirige vers le bas.

Puis je lisais qu’une péridurale peut entrainer des complications. Sans savoir exactement à quoi sont dues ces complications (pas assez de sensations pour pousser assez fort?), j’ai lu que ça débouchait parfois sur l’utilisation de forceps (quoi ça existe encore ce truc?) et qui dit forceps dit bébé tout moche, risque de bleus voire même de fractures dans le visage, risques pour la fontanelle… Nan mais ho, ils ne vont pas nous l’amocher juste à sa sortie alors qu’on l’aura chouchouté déjà pendant 9 mois! C’est notre accouchement, notre bébé, zut quoi!

Et puis on oublie la douleur après l’accouchement, non?

Autre chose qui me chiffonne, il parait que l’épisio est quasi systématique. Ca évite la déchirure et gnagnagna… sauf qu’une déchirure peut être toute petite, quelques millimètres, tandis qu’une épisio, c’est au moins 3-4 cm…. Hors de question qu’on glisse des ciseaux entre mes cuisses. Et puis après il faut s’asseoir sur une bouée pendant des semaines, se sécher l’entre-jambes au sèche-cheveux, puis on a mal quand on va aux toilettes, on a mal quand on fait des calins… Non quoi! L’épisio ce sera sans moi sauf si la vie d’Elliott est en danger.

J’aimerais aussi que (sauf en cas d’urgence évidemment), la poche des eaux ne soit pas rompue artificiellement. On ne provoque pas. De toutes façons, il faudra bien qu’il sorte… Sauf évidemment si je dépasse le terme et qu’il fait 4 kilos et qu’il n’a pas l’air de se décider mais là comme ça, non. Dans un accouchement normal, pas besoin de rompre la poche.

Autre chose, moi ça me semble normal mais ça ne l’est peut-être pas quand on est médecin, je ne veux pas qu’on emporte Elliott quand il sera à peine sorti. Toujours sous réserve de l’urgence, du gros problème à résoudre tout de suite mais il me semble que pour le peser et vérifier ses réflexes, on peut attendre une petite heure. J’aimerais qu’on nous le donne directement, tant pis s’il est plein de sang, plein de vernix, tout crade, on met un essuie autour de lui pour qu’il n’ait pas froid et je le prends contre moi. Et on lui fait des câlins. Les bébés sont des être à part entière, il aura été confortablemet (j’espère!) installé dans mon ventre pendant 9 mois, 37 degrès à l’ombre et hop d’un coup, il perd au moins 10 degrès, il y a de la lumière, des gens… Le stress déjà en commençant à vivre! Et on le chipoterait partout là comme ça directement? Ou alors c’est mon instinct maternel qui est surdimensionné mais lui aussi, il aura besoin d’être près de nous et qu’on lui foute la paix, il sera sans doute épuisé de sa sortie, pas la peine d’en rajouter…

Ou je suis peut-être folle de penser tout ça, les médecins savent ce qu’ils font, s’ils veulent décider de ma douleur, ils doivent pouvoir le faire, s’il veulent me couper le périnée, mes cuisses seront de toutes façons écartées, après tout c’est pas eux qui auront du mal à aller aux toilettes après, s’ils veulent me prendre mon bébé pour lui mettre des tuyaux dans la gorge et risquer qu’il me refuse le sein pendant des mois parce que sa première expérience buccale aura été traumatisante, pourquoi pas?

Non, soyons sérieux, c’est moi qui décide!

commentaires

2 commentaires


  1. 1. Le 18 avril 2008 à 14:07  par la lène

    Ca ressemble à un projet de naissance ça. ;-)

    Mets ça sur papier en essayant de ne pas froisser les susceptibilités pour le présenter un mois ou deux avant la DPA au personnel de la clinique.

    La péridurale n’empêche pas nécessairement la mobilité, rassure-toi. Ca dépend la dose qu’on t’injecte. Moi j’avais trop mal avec une dose normale alors j’en ai eu une deuxième. Là je ne pouvais plus bouger. Elle n’empêche pas non plus d’accoucher dans une autre position que la position gynécologique. Même si on ne peut pas marcher (j’ai accouché assise !).

    C’est rigolo, j’étais partie dans le même état d’esprit et le jour J, j’étais tellement dans le gaz, que j’ai dit oui à tout (péridurale, perfusion, monitoring constant, poche des eaux percée – ça accélère le travail et quand il est trop long, c’est bien pratique). M’enfin c’était pas grave tout ça. Mon porjet c’était pour un accouchement qui se déroulerait dans le meilleur des mondes.

    Le truc qui me tenait le plus à coeur, c’était de garder Arthur avec moi, en peau à peau le plus longtemps possible après. Ce qu’ils ont fait sauf que… j’étais tellement fatiguée que j’ai dormi. Il est resté avec son papa. xD

    En fait, tout ça dépend de l’ouverture d’esprit du personnel de la maternité que tu choisiras.

    Mais surtout, si tu veux un accouchement sans péri, suis bien tes cours de préparation, la respiration tout ça. :)

  2. 2. Le 18 avril 2008 à 14:31  par soph

    Beh oui je me dis aussi que mon projet de naissance est mon idéal mais que tout ne sera pas aussi rose… Cela dit, si seulement ça pouvait être comme ça, je serais vraiment fière de mon accouchement. En lisant des trucs sur les forums, même de sympatiques anecdotes que les femmes racontent, je me rends compte que beaucoup trop d’entre elles ont subi ce qu’il se passait, parfois faute de s’être renseignées avant. Merci pour le conseil sur la préparation à l’accouchement, je compte bien le faire. J’aimerais l’haptonomie aussi mais je sais pas… j’ai peur de tomber sur une bonne femme un peu trop “surnaturelle”, qui nous force à parler à Elliott devant elle ou des trucs comme ça.
    J’espère que la maternité où j’irai sera compréhensive pour tout ça, que je ne serai pas surmédicalisée, sur-appareillée, sur-accompagnée… j’ai envie de participer! Normalement il n’y aura pas de soucis, je voyais que la maternité avait participé à des colloques sur le projet de naissance. Je voyais qu’en France, il y a 60% d’épisiotomies! Je ne pense pas que c’est nécessaire à chaque fois! En fait c’est surtout ça qui m’effraie, même si certaines disent qu’on ne sent rien parmi les douleurs des contractions, que c’est recousu en deux temps trois mouvements… ça n’empeche pas que ça se passe mal pour certaines femmes et je pourrais être parmi elles! Brrr des ciseaux entre mes cuisses et si près de la tête de mon bébé…. hou! J’en aurais presque des sueurs froides rien qu’à y penser!

Ajouter un commentaire