Préparation psychologique à l’accouchement

Ce mardi j’ai eu mon premier cours de préparation psychologique à l’accouchement. C’est une technique de kinésithérapie mêlée à de la sophrologie en vue de se relaxer, adapter sa position, sa respiration et sa visualisation du corps pendant la grossesse. Le but étant de vivre sereinement la grossesse parmi les multiples modifications psychologiques, émotionnelles et physiques. Le but est aussi d’appréhender l’accouchement de façon positive, d’y être préparée, là aussi tant sur le plan émotionnel que physique.

Au programme de cette première séance d’une heure, les présentations sont faites, Catherine la kiné est vraiment très gentille, prévenante, attentive aux moindres détails et très professionnelle. Elle a tout de suite remarqué que ma posture “de base” est mauvaise. Je suis trop repliée sur moi-même, mes épaules sont trop en avant, mon dos n’est pas assez droit. Nous commençons donc avec des exercices visant à détendre mon dos pour que la posture correcte ne soit pas douloureuse. Etirements des bras, de la nuque, mobilité des omoplates, renforcement musculaire et activation de la circulation sanguine en douceur de toute la zone du haut du dos.

Après avoir travaillé ce groupe de muscles et de tendons, Catherine me propose de fermer les yeux et rouler ma tête doucement dans un sens et puis dans l’autre en me concentrant sur tout ce qui est étiré. En faisant cela, la respiration reste très importante, elle doit être profonde et abdominale.

Nous continuons la séance en nous concentrant sur le bassin. Il sera mobilisé le jour J et j’aurai besoin d’un bassin détendu. Là encore, les exercices de mobilisation musculaire et d’activation sanguine sont suivis d’une visualisation (les yeux fermés) des zones travaillées dans le corps et surtout de leur repos.

Même système pour le travail des mollets visant à diminuer ma tendance à avoir les jambes lourdes et de la rétention d’eau.

Entre les exercices et les périodes de relaxation, Catherine m’explique les postures à adopter pour marcher, m’asseoir, me coucher et me relever sans mobiliser les abdos au dessus du nombril, attendre debout sans souffrir du dos ni de la sciatique…

J’ai aussi appris comment gérer les contractions. Il faut les voir comme des crampes. Lorsqu’on a une crampe au mollet, la situation empire lorsqu’on tend le pied, il faut ramener le pied vers soi, aller dans le sens contraire de la crampe pour que le muscle se détende plus vite. Pour les contractions c’est pareil. On aurait tendance à se replier sur soi, un peu comme quand on est réglée, qu’on souffre et qu’on se couche en position foetale dans le canapé le temps que la douleur passe..; Il faut faire l’inverse! L’idéal est de s’asseoir en tailleur, déposer les mains vers l’arrière et se tendre en arrière avec de longues respirations abdominales. J’ai eu l’occasion de tester la méthode le soir-même et une contraction qui généralement durait au moins 30 secondes n’a même pas tenu 10 secondes grâce à cette position! Vraiment magique!

Catherine me parle comme si tout allait bien, comme si ça coulait de source qu’Elliott arriverait à terme, que mon col tiendrait le coup jusque là. J’avoue que je me suis laissée aller dans cet optimisme et qu’à ce moment là, tout semblait effectivement couler de source. Ca aussi, ça m’a beaucoup relaxé.

Je suis sortie de là plus légère que je ne l’avais été depuis longtemps. Légère dans ma tête et dans mon corps. L’envie de sourire, d’être jolie. J’ai d’ailleurs fait un crochet par H&M sur le retour :D J’ai dépensé un petit 50 euros dans des habits que je ne mets généralement pas mais j’avais cette envie d’être jolie, ou en tout cas d’être différente. Je n’ai pas été jusqu’à m’acheter une robe (quand même!) mais bien un pantalon 3/4, deux tshirts de couleurs vives et… des tongs! En rentrant, je me suis fait de jolis orteils et je me suis changée.

Je vais détailler les exercices les plus importants pour celles que ça intéresse:

Pour le bassin, couchez-vous sur un fin tapis ou sur quelques épaisseurs de serviettes de plage, vous fermez les yeux, pliez une jambe pied à plat sur le sol. L’autre pied (ou plutot la cheville) vient se coincer confortablement sur le genou (ou juste avant) de la première jambe. le dos est décambré et en gardant les yeux fermés, on se concentre sur la hanche qui correspond à la 2ème jambe. On imagine les muscles et les tendons qui se relachent, on tente de visualiser les articulations qui entrent en jeu dans cette position là.

Pour la nuque et les omoplates, on est assise en tailleur, les bras relachés, mains posées sur les genoux. On ferme les yeux et on roule la tête 3 fois dans un sens et 3 fois dans l’autre en prenant bien le temps de sentir tous les muscles qui tirent tantot le dos, le tantot l’épaule, tantot la gorge. la tête est lourde et on la laisse peser tout son poids. A la fin de cet exercice, on grde les yeux fermés une minute, la tête qui “tombe” vers l’avant et on visualise les muscles qui sont étirés dans la nuque et le haut du dos.

Pour les jambes lourdes, plusieurs exercices.
Le premier, couchée sur le côté; le coude par terre, la tête appuyée sur la main, on plie la jambe qui est au sol et on tend l’autre (A grand renfort d’oreillers sous le bras et le coude si c’est inconfortable). On monte doucement la jambe et on la redescend 10 fois, tout aussi doucement. On fait ça d’un côté puis de l’autre,
Puis, 2ème exercice, on bascule sur le dos. On lève une jambe assez haut (on garde l’autre pliée, pied à plat) et on fait des ronds avec le pied en mobilisant le mollet. On descend la jambe au fur et à mesure des ronds et quand on arrive assez bas, on fais pareil avec l’autre, 10 fois chaque.
Après ces exercices, on reste couchée à plat et on visualise les muscles qui ont travaillé, on les sent se détendre, toujours avec les yeux fermés.

Au fur et à mesure des séances, d’autres groupes de muscles seront ajoutés au travail jusqu’à ce que j’aie pris conscience de tout ce qui pourrait “tirer”, suivront ensuite de plus larges périodes de relaxation, de visualisation du corps et de respiration.

commentaires

9 commentaires


  1. 1. Le 13 mai 2008 à 23:18  par Cindy

    Super les conseils ! Ça va en aider plus d’une je pense…

    Par contre la méthode de la contraction me laisse perplexe. Je suis d’accord sur le principe mais je sais que quand j’en ai une, je m’allonge au plus vite car avec un bébé déjà bas, un col mou et pas super long, la contraction ne va pas aider. Qu’elle dure 10s ou 30s, elle poussera de toutes façons bébé sur le col et j’ai trop peur de prendre le risque de l’ouvrir, raccourcir ou autre…

    Maintenant c’est ma vision et je ne suis pas sage-femme lol ! Mais si elle arrive à te rassurer, t’apaiser tant mieux. Moi c’est vraiment ce qui me manque, quelqu’un pour calmer mes angoisses…

  2. 2. Le 14 mai 2008 à 6:27  par soph

    Je réfléchissais à ça cette nuit et je pense que les angoissés sont des gens qui ont besoin de savoir en détail comment ça fonctionne, le côté presque scientifique et médical des choses. Il y a des gens qui sont rassurés de ne rien savoir. Je crois qu’on a beau connaitre son corps parfaitement en temps normal, tous les repères disparaissent pendant la grossesse et on est une inconnue pour soi-même et c’est très dur de devoir se contenter du jugement d’un gynéco ou d’une sage femme alors qu’on ne sait même pas si on a bien su lui détailler ce qui nous tracassait.
    Pour la contraction ça a fonctionné à chaque fois. Mais c’est vrai que le psychologique fait beaucoup… Depuis la semaine dernière, j’ai eu deux contractions douloureuses (comme des règles) et plus aucun soucis avec ma sciatique! C’est génial parce que j’avais au moins 3 contractions douloureuses par jour! J’ai + de contractions non douloureuses mais en ce moment, Elliott est placé fort bas, il appuie sur mon pubis et ma vessie.
    J’essaie dès que j’y pense d’adopter la bonne posture et j’ai un peu mal au dos parce que j’avais l’habitude de le relacher mais je sens que j’ai déjà moins mal au dos que la semaine dernière.
    Tu as essayé la sophro pré-natale pour calmer tes angoisses? J’étais un peu réticente à voir la kiné parce que je savais qu’elle me ferait de la sophro et je ne sais pas avoir confiance comme ça tout de suite à une personne qui ne sort de nulle part… mais en fait elle est vraiment très sympa et pour l’instant on n’a fait que de la gym douce, avec respiration et tout ça, mais quand la sophro viendra, ça ne m’inquiète pas de devoir me laisser emporter.

  3. 3. Le 14 mai 2008 à 23:14  par Cindy

    Je suis d’accord avec ton analyse pour les angoissée…

    Pour la sophro’ non je ne fais rien et pour être honnête je ne fais plus rien du tout. J’en suis à un stade où j’ai peur de mes contractions et plus j’en ai peur, plus j’en ai bien sur… Dans le doute je ne sors plus même si mon gygy’ ne m’a pas alitée. Du coup je loupe tous les cours etc… Je me dis que peut être à 37SA il y a moyen d’en rattraper un peu. On verra ! :-)

    Je vais lire ton premier article !

  4. 4. Le 15 mai 2008 à 7:16  par soph

    Plus que 3 semaines à tenir alors, courage!

    Je crois que je serai comme ça aussi après 30 – 32 semaines, même si au fond de moi je saurai qu’il peut logiquement naître, la médecine est tellement bien faite qu’il vivra et saura se développer sans moi et sans trop de risques de séquelles… mais en même temps, voir mon bébé en néonat, éventuellement ne pas pouvoir le toucher ni le prendre dans mes bras quand je veux, le voir peut-être entubé ou avec une perfusion… Bouh! J’ai tellement envie que l’accouchement soit parfait et que tout ce qui va autour soit parfait aussi… et puis s’il est fort prématuré, on fait comment pour allaiter? Enfin il y a du stress à tous les niveaux, puis je suis sure qu’il y en aura encore plus quand il sera né, quand il sera enfant et qu’on verra avec horreur l’immense “jeu en bois” dans la cours de récré et qu’on se dira que sur la journée, il se fera plein d’égratignures et peut-être même un crin! Puis quand il sera adolescent, j’ose même pas imaginer le stress qu’il fume, qu’il se drogue, qu’il ait un mauvais comportement avec les filles de son age.. holala… on a beau dire que c’est comment on les élève, ce sera l’angoisse!

    Sinon pour la sophro, ça arrivera un peu tard si tu attends de lire mes comptes-rendus de séances mais à ce que j’ai lu dans le forum, il faut prendre des postures comme celles que j’ai expliquées, fermer les yeux et se concentrer sur les zones étirées (genre la position pour l’exercice du bassin avec la cheville droite coincée sur le genou gauche, on écarte le genou droit vers l’extérieur et on ressent chaque tronçon d’une articulation à l’autre, depuis le bassin jusqu’au genou, puis de genou à la cheville, et en même temps on respire profondément par le ventre.. et après on change de côté) Ca relaxe à fond et ça permet de visualiser les endroits qui seront mobilisés à l’accouchement. Y a moyen de faire ça sans bouger de chez toi. De simples périodes de demi-sommeil avec une bonne respiration où tu visualise le trajet de l’air dans tes poumons et le diaphragme qui bouge c’est déjà pas mal. C’est pas de la sophro exprès pour l’accouchement mais j’avais vu ça dans un cours de relaxation et c’était vraiment efficace!

  5. 5. Le 16 mai 2008 à 14:18  par Cindy

    J’ai réfléchis à ton histoire de position et je me suis dis que j’allais la tester mais à 37SA pour être sure lol ! Donc dans 2 semaines. (Pas 3 ne me rallonge pas le temps nondidju lol !)

    Sinon je suis comme toi pour la prématurité. Je me dis que oui le stade où j’en suis est bien mais qu’à 37 ce sera encore mieux. Le truc c’est que mon stress me déclenche des contractions. Pas mal non ? Donc même si je reste couchée, je ne me sens pas totalement à l’abris si on peut dire.

    T’en es à combien de SA toi ?

  6. 6. Le 16 mai 2008 à 14:47  par soph

    Aujourd’hui (vendredi) je suis à 24 sa et 2 jours.

    C’est normal que le stress te donne des contractions, c’est comme tous les muscles, c’est une réaction chimique et physique aux neurotransmetteurs et tout ça, quand on est stressé, les muscles se durcissent.
    Tu dois absolument faire des exercices de respiration, en restant couchée sur le dos et en gonflant le ventre quand tu inspires. Tu verras ce sera utile. Evidemment ça ne va pas changer les idées angoissantes que tu as dans ta tête mais tu ressentiras l’état de bien-être et en plus cette respiration berce ton bébé, ça le calme et quand il bouge moins, tu as moins de contractions aussi! De toutes façons le stress c’est pour la vie, donc autant apprendre à le gérer et utiliser son bon côté (mais siiii, ya un bon côté au stress, je cherche encore mais il y en a un!)

    Qu’est ce que j’aimerais en être à ton stade déjà!
    Allez courage, deux semaines à tenir et ton petit poulet ne sera plus prématuré! Ca va aller vite deux semaines, moi j’ai l’impression que c’était hier que j’ai vu mon test positif!

    Tiens tu as du colostrum toi?
    Couches jetables ou lavables? Si ça t’intéresse je vais faire un billet bientot sur les couches lavables, je compte les utiliser…

  7. 7. Le 20 mai 2008 à 22:56  par Cindy

    Ha non mais le stress et moi c’est une longue histoire mais là j’aurais bien aimé qu’il me laisse lol.
    24SA c’est déjà super ! Mais bon ne te fixes pas trop sur tes semaines sinon tu vas en faire une obsession et je sais de quoi je parle hum.

    Pour le colostrum j’en sais rien. :/ Ca m’énerve, je me sens inculte à certains niveaux. Je pensais que toute les femmes en avaient après l’accouchement tout simplement ?

    Pour les couches, avant de tomber enceinte j’étais pour les lavables. Et finalement j’opte à mon avis pour les jetables. Trop de contraintes, trop compliqué avec tout ce qu’il faut mettre dedans ou non et trop de machines à laver lol. (Mais trop de sous dépensés pour les jetables je sais…)

  1. 1 Prépa psycho, 2ème séance: exercices périnéaux | En attendant Elliott. Notification du 14 mai 2008 à 7:01
  2. 2 5ème séance de prépa psycho: motivation, respiration, visualisation | En attendant Elliott. Notification du 4 juin 2008 à 8:37

Ajouter un commentaire